Le numérique n’est pas un totem magique !

Oui, il fallait bien le dire, tant la migration vers ces outils est conséquente, poussée par la curiosité, l’envie de “faire comme tout le monde” ou tout simplement contraint et forcé par le confinement lié au Covid-19 et donc, la fermeture des espaces physiques de shopping. Bien entendu largement monopolisé par les GAFAM, l’espace de jeu offre des combinaisons de services infinis, en fonction des besoins des uns et des autres. Et donc il y a bien des besoins identifiés derrière. Comme toute entreprise ou organe économique. Le numérique en soi, comme on le lit parfois, n’est pas une fin mais un ensemble de moyens au service de causes (bien souvent des objectifs économiques : acquisition, rétention, expérience, service facilité, communication, relation marque-consommateur…), bref comme un crayon et du papier. Ni plus, ni moins. Sans en minorer l’importance, si votre approche est défaillante “IRL” comme on dit, ce n’est pas le numérique qui va tout résoudre. Je sais bien que nombre d’agences, de conseils divers et variés vous promettent un futur “demain on rase gratis” et un transformation sans équivalent. La bonne bonne nouvelle c’est que cela est possible, la mauvaise, ce ne sont pas les outils qui vont tout faire, mais vous. Le moteur reste avant tout une stratégie claire, opportuniste et adaptée. Et non pas une transposition de vos mauvais usages IRL, dans le monde digital. Ce qui ne ferait qu’aggraver la situation…Si vous ne souriez pas à vos clients en magasins, pourquoi le feriez-vous online ?? Si vous ne suivez pas votre clientèle en boutique, si vous ne les accompagnez pas bien, pourquoi le feriez-vous mieux sur le numérique. Autrement dit, avant de vous presser sur ces plateformes smart et autres réseaux sociaux, demandez-vous : pourquoi faire ? Comment ? Pour qui ?…

Il y eut en son temps la folie des “transformations numériques” et son lot d’espoirs et de déceptions. Lorsque cela arrive au commerce, qui il faut le dire en France est particulièrement en retard, servons-nous de ces expériences, déçues et déchues…et en faire la différence notable :

  • la transformation digitale ou numérique d’une entreprise, est la modification profonde d’une organisation, avec en vue d’utiliser les outils digitaux, au service d’une meilleure performance, quel qu’en soit l’endroit ; et nécessite refonte des processus, formations des équipes, information des clients, modification des outils front et back office, de la communication, de la relation clients-marque etc
  • la numérisation plus légère, consiste elle, à digitaliser des messages, des supports. Envoyer un mail vs un courrier, un pdf vs un leaflet, etc. Créer une page Facebook est une forme digitale de la vitrine physique. Avec son entrée, son décor et son espace de communication. Si vous ne répondez pas aux inmails, aux sollicitations online, aux modérations nécessaires sur la timeline etc, vous ne faîtes qu’ajouter du travail, et creuser la déception vis-à-vis de vos clients. Le numérique est plus rapide, immédiat et “pratique”, est souvent gratuit, mais nécessite temps, attention et investissement personnel (demandez à JP le temps qu’il passe à créer tous ces media numériques…et à les entretenir ! et on le remercie bien fort en passant pour ce travail !)

Force est de constater, qu’en local chez nous, entre fairemescourses et achetezarambouillet, en citant ces deux exemples. on a vu fleurir ces vitrines numériques avec plaisir. Comme en préambule, par curiosité, opportunité et/ou par contrainte. Et c’est plutôt bien et ça évite de nous endormir sur nos lauriers. Et quant à ceux qui pensent qu’ils sont irremplaçables et que leur produit fait tout…Pensez à toutes les société des plus grandes, qui ont vu surgir des concurrents plus agiles un matin, pour leur rafler 20 ans d’effort en très peu de temps…Personne n’est à l’abri, et c’est encore un effet malsain du numérique : croire qu’on est invincible et irremplaçable, voire irrésistible. Il y en plein les cimetières…

Bon courage à tous, sur le chemin difficile, d’abnégation, de travail et de persévérance du numérique pour tous !

Crédit photo : Photo by Arthur Reeder on Unsplash

Partagez